le saviez vous
© 2014 Création B.J.

 

 

La Chandeleur, issue du latin candela, est une tradition catholique qui commémore la présentation de l’enfant Jésus au Temple de Jérusalem, 40 jours après sa naissance. Instaurée au VIème siècle en tant que fête religieuse, cette coutume consistait initialement à allumer des cierges bénis en honneur de l’arrivée du Christ sur la Terre. Selon les croyances, les fidèles devaient récupérer une chandelle à l’église et la ramener chez eux sans l’éteindre pour être protégés par Dieu toute l’année. Ainsi, tous les 2 février était organisé ce rituel, qui symbolisait la Lumière du Monde apportée par le Seigneur. A cette époque, on raconte que le pape Gélase 1er eut l’idée de distribuer des crêpes – appelées à l’époque crispus (qui signifie ondulé en latin) – aux nombreux pèlerins venus des quatre coins du monde pour rendre hommage à Dieu. Depuis, on se retrouve en ce jour de fête pour partager ces galettes dorées en famille et entre amis.

Les legendes de la Chandeleur

A l’occasion de la Chandeleur, de nombreux mythes se sont construits d’années en années : par exemple, on dit dans certaines régions que, si l’on ne mange pas de crêpes à la Chandeleur, la récolte de blé de l’année à venir sera ravagée. Cette légende était très respectée en campagne, chez les paysans, puis elle s’est par la suite instaurée dans les villes. Tant qu’aujourd’hui, c’est un fait établi : tout le monde mange des crêpes à la Chandeleur !

===============

DIMANCHE 6 JANVIER - JOUR DE L'EPIPHANIE

"En entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe." (Saint Matthieu 2, 11)

L'Épiphanie est une fête chrétienne qui célèbre la visite des mages à l'enfant Jésus. Le terme Epiphanie vient du mot grec Epiphaneia qui signifie apparition ou avènement. La tradition veut que l'Épiphanie soit l'occasion de manger la galette des rois et tirer les rois. Le 6 Janvier n'étant pas férié, elle est généralement célébrée le deuxième dimanche suivant Noël. Cette année 2013, le 6 janvier tombe pile un dimanche.

Le saviez vous ?

? Les Rois Mages

En général, un mage désigne à l'origine un prêtre perse ou mède (originaire de Babylone). Ils étaient réputés pour leurs connaissances en astronomie et astrologie. Ce terme est à l'origine de la magie, du magicien et de ce qui est magique.

L'origine des Rois mages est aujourd'hui encore obscure. On les dits savants, riches mais errants. Dans l'iconographie, on a fait de Melchior le représentant de l'Europe, Gaspard celui de l'Asie et Balthazar celui de l'Afrique. Ces mystérieux personnages ont nourri l'imaginaire qui enveloppe Noël.

Leurs cadeaux :

o l'or de Melchior célébrait la royauté

o l'encens de Balthazar la divinité

o la myrrhe de Gaspard annonçait la souffrance rédemptrice de l'homme à venir sous les traits de l'enfant. (La myrrhe est une résine odorante fournie par un arbre d'Arabie : le balsamier)

La fève et le hasard pour désigner les rois

o Chez les Romains, les enfants tiraient au sort celui qui serait le roi du festin.

o Les Grecs utilisaient des fèves pour l'élection de leurs magistrats. (certainement plus démocratique et égalitaire que de nos jours).

o Chez les Perses l'élection de ce roi de circonstance se faisait à table comme chez nous mais après avoir été traité pendant la courte durée de son règne avec tout le respect et tous les égards dûs à son rang, le monarque éphémère était pendu pour terminer la fête. (Précisons qu'il était choisi dans la classe des esclaves, et plus souvent parmi les criminels.)

========

Le Nouvel An est une fête d'origine païenne qui vit le jour vers 46 avant notre ère, sous l'impulsion de Jules César. Celui-ci décida que le 1er janvier serait le Jour de l'an. Les Romains fêtaient le Nouvel An selon le calendrier julien, encore utilisé aujourd'hui par les églises orthodoxes serbe et russe. Les Romains dédiaient ce jour à Janus, dieu païen des portes et des commencements. Le mois de janvier doit son nom à Janus, qui avait deux visages : l'un vers l'avant, l'autre vers l'arrière.

En France, le Jour de l’an n’a pas toujours été le 1er janvier : la nouvelle année commence à cette date depuis 1564. C’est le roi Charles IX qui, dans un édit promulgué à Roussillon le 9 août 1564, fixa le début de l’année au 1er janvier. Pour les peuples usant du calendrier solaire, le Jour de l’an a beaucoup changé au fil des siècles, au gré des Églises, des époques et des pays.

En France, aux VIe et VIIe siècles, dans de nombreuses provinces, le Jour de l’an était célébré le 1er mars. Sous Charlemagne, l’année commençait à Noël. Du temps des rois capétiens, l’année débutait le jour de Pâques. En conséquence, les années étaient de longueur très variable. Cet usage fut quasi général aux XIIe et XIIIe siècles et même jusqu’au XVe dans certaines provinces.

L' édit de Charles IX mit tout le monde d’accord.
Le 9 août 1564, à Roussillon, près de Grenoble, le roi Charles IX signe un édit qui fixe entre autres au 1er janvier le début de l'année calendaire dans toute la France.

En 1622, cette mesure fut généralisée par le Pape à l’ensemble du monde catholique, notamment pour simplifier le calendrier des fêtes religieuses.

 

============================================

  Savez-vous que c'est en 1879 que la date du 14 juillet fut décrétée Fête nationale par le gouvernement français ? Depuis, cette date symbolise l'unité républicaine, que l'on célèbre dans la joie : bals populaires, concerts, feux d'artifice.

LA LAITERIE FROMAGERIE D'ASFELD

 

C'est en 1881 que Monsieur Alexandre MAIGNEN crée son activité de fabricant de fromages à ASFELD.

Si dans l'annuaire Commercial Rethélois de 1882, on ne parle que de sa spécialité fromages, l'annuaire de 1884 change l'intitulé de sa profession en fromagerie-laiterie. Un décès prématuré et la reprise difficile de l'activité par son épouse va obliger Madame veuve MAIGNEN a céder son commerce en 1896

.

Les principaux fromagers de ce début du 20éme siècle vont être les frères DEVOS qui vont développer l'entreprise avant de la vendre fin 1936 à Monsieur RENARD. Celui-ci va donner un nouvel essor à la laiterie fromagerie en créant la Société Fromagère d'Asfeld qui regroupe de nombreux petits exploitants fermiers. Des problèmes liés à la période d'occupation vont  provoquer le départ de Monsieur RENARD en 1945. Son beau-frère qui lui succède,  Monsieur PORTEAU, va revendre l'établissement en 1949/1950 à 4 associés beaux- frères, les MARTIN-COLLET qui vont devenir les propriétaires de 5 unités de production dans la Meuse et la Meurthe et Moselle.  La fromagerie prend le nom de MARTIN-COLLET et un ramassage plus important dans le département de l'AISNE va développer la beurrerie et la  fabrication des fromages. La fromagerie est très florissante lorsqu'en 1982, le groupe BESNIER, un des leaders nationaux, achète à MARTIN- COLLET 49% des parts de l'entreprise. Cette fusion va amener deux ans plus tard, la fermeture de la fromagerie d'ASFELD, MARTIN-COLLET/BESNIER regroupant leurs activités sur l'usine de VILLERUPT en MEURTHE et MOSELLE.

C'est un vrai coup de tonnerre dans la petite cité, une soixantaine de personnes se retrouvant au chômage du jour au lendemain avec un reclassement très difficile. Une dizaine de  personnes seront reprises par un grossiste en fromages du PAS de CALAIS, qui va continuer l'activité en y ajoutant une râperie d'Emmenthal.

 

 Malheureusement, un incendie des locaux en 1987 va amener la disparition de cette entreprise qui aura vu de nombreuses familles d'ASFELD y travailler l'un des leurs.

 

Jean-Baptiste Payer

La vie de Jean-Baptiste PAYER

 

Jean-Baptiste Payer, né à Asfeld le 3 février 1818, descend d’une famille de meuniers très ancienne qui participa à l’activité économique de la région ardennaise. Le nom des Payer est lié à l’histoire de quelques communes du canton où les moulins tournaient : Balham, Saint-Germainmont, Asfeld, Houdilcourt.

Après avoir obtenu une licence en droit, Jean-Baptiste Payer se dirigea vers les Sciences de la Nature. Il occupa une chaire de géologie et minéralogie à la faculté des Sciences de Rennes. Il fut promu, un an plus tard, Maître de Conférences en botanique à l’École Normale Supérieure. Il entreprit alors ses premiers travaux sur l’organogénie végétale (étude du développement des organes). Travaux qui le rendirent célèbre.

Décédé le 15/09/1860 à PARIS (PARIS - FRANCE

le saviez vous