chronologie de la vie d'asfeld
© 2014 Création B.J.
 

Quelques dates de la vie d'Asfeld

Un point fortifié au bord de l'Aisne

Appelé jadis Écry, les Vikings y furent battus en 883.

Au Moyen Âge, les seigneurs d'Escry y bâtissent une demeure fortifiée. Passé à la famille de Grandpré puis aux Bossut, ce château subit de nombreux assauts. En 1359, il est saccagé par les troupes d'Édouard III d'Angleterre, chevauchant de Calais à Reims, puis par les Bourguignonsvers 1425.

En 1625, il est à nouveau attaqué par Charles IV de Lorraine profitant de la Fronde pour piller la Champagne et menacer l'Ile-de-France.

Révolutions et bouleversements politiques

Le fils de Claude François Bidal d'Asfeld, Claude Etienne,second marquis d'Asfeld, réside essentiellement à Paris mais a des relations dures avec les habitants d'Asfeld. La Révolution de 1789 accentue encore les contestations.

Les portes du château sont forcées le 13 juin 1790. Le marquis d'Asfeld fait condamner les meneurs. Mais le 25 août 1792, apprenant la chute de la monarchie, des émeutiers pénètrent à nouveau dans la propriété du marquis et brûlent symboliquement le chartrier (archives)2. Le marquis préfère émigrer à Aachen (Aix La Chapelle), suite à la Révolution française. Ses biens sont saisis et vendus comme biens nationaux. Le château est démoli les années suivantes. L'église est épargnée.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d’Écry-le-Franc ou d’Escry-le-Franc3.

En 1814, lors de la campagne de France, la région de Berry-au-Bac à Asfeld est le théâtre de combats entre le feld-maréchal Blücher, le duc de Raguse et le général Ricard4.

En février 1848, un enfant d'Asfeld, brillant scientifique, Jean-Baptiste Payer, participe aux événements révolutionnaires de Paris, devient chef de cabinet deLamartine puis, bénéficiant d'une popularité naissante dans sa région d'origine, se fait élire député des Ardennes dans cette seconde République bien éphémère.

À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, la construction de voies ferrées est favorisée par le trafic marchandises, grâce notamment à l'industrie betteravière. Sous l'impulsion des frères Jules et Désiré Linard, celle-ci se développe avec dynamisme et crée une possibilité de diversification complémentaire pour les agriculteurs.


 

7e siècle Dans les années 600, Erchreregum est un domaine royal où les rois mérovingiens viennent à la chasse dans cette pointe de la forêt des Ardennes.

680 Après la défaite des Austasiens à LEUCO-FAGO (Près de Sévigny-Xaleppe), Ebroïn, maire du Palais des derniers rois Mérovingiens de Neustrie, attire par de fausses promesses, le duc Martin d'Austrasie dans son domaine d'Erchry et le fit assassiner ainsi que toute sa suite.

880 Louis le Germanique vient exprès d'Aix-la-Chapelle pour admirer le nouveau château fort qui vient d'être bâti à Ecry.

882 Le roi Carloman surprend les Normands qui s'étaient fortifiés au gué de la Maladrerie et en fait un véritable massacre.

954 C'est en chassant autour d'Ecry que Louis IV d'Outremer fit une chute de cheval si grave qu'il en mourut à Reims où il avait été transporté. Il fut enterré à Saint-Remi.

A une date inconnue, Ecry quitte le domaine royal et devient le fief des Seigneurs d'Ecry sous la suzeraineté du Comte de Champagne.

1199 Un tournoi mémorable fut organisé par le Comte de Champagne, Thibaut 111 en un lieu qui a nom "ECRY" (Villehardouin).

Ici fut prêchée la quatrième Croisade.

Pendant deux siècles le domaine resta aux mains des Seigneurs d'Ecry puis à leurs descendants et alliés (mariages héréditaires).

1359 Ecry eut beaucoup à souffrir des guerres de toutes sortes.

Pendant la guerre de cent ans, les Anglais sont maîtres d'Ecry.

1420 Une garnison bourguignonne loge à Ecry.

Puis ce sont les guerres de religion, la Fronde, la guerre de Trente ans.

1650 Le général Rosen établit son quartier à Ecry.

1655 Ecry est incendié par les "Couizeurs de Rocroi" (espagnols).

1670 Aussi, dévastée, ruinée, sans revenu, la seigneurie fut vendue comme succession abandonnée par le dernier seigneur, le marquis de Bouri (c'est le château du Marquis de Bouri qui sert actuellement de logement aux instituteurs).

1671 Ecry est acheté par Jean-Jacques 111 de Mesmes, Comte d'Avaux pour agrandir son domaine voisin et lui donne le nom d'Avaux-la-Ville.

C'est la grande époque du pays. Le domaine réunit : Avaux-le-Château (origine du Comté), Avaux-la-Ville (Ecry) le chef lieu, le vicomté de Neufchatel, Vieux-les-Ecry, Aire et Vauboison, Guignicourt, Proviseux, Orainville, Prouvais.

1680 à 1685 Le Comte d'Avaux fait bâtir une église remarquable, chef d'oeuvre de l'art baroque, qui fait encore aujourd'hui l'admiration de tous.

1726 Après la mort du dernier Comte d'Avaux, ses deux filles sont autorisées par le roi à démembrer le domaine et vendent séparément la terre de Neufchatel qui devient Marquisat de Nazelles.

1728 ce qui reste du Comté d'Avaux est acheté par Claude-François Bidal alors Baron d'Asfeld et auquel fut conféré aussitôt le titre de marquis.

A la même époque, un rémois, Nicolas Bidet , viticulteur et auteur d'un traité botanique sur la nature et la culture du vin, devient seigneur de Juzancourt, à proximité d'Asfeld.

Le Village allait changer de nom et devenait ASFELD.

Il fut nommé Maréchal en 1734.

1730 Le marquis d'Asfeld fait bâtir un beau château, à l'emplacement de l'ancien château du Moyen Age, au centre du terre plein qui est aujourd'hui le terrain de football.

1743 Mort du Maréchal d'Asfeld.

Son fils Claude-Etienne lui succède et devient Marquis d'Asfeld.

1791 Inquiété par la Révolution, le Marquis d'Asfeld s'enfuit à Aix-la-Chapelle où il mourra en 1793.

1792 Démolition du château. Il n'aura duré que 60 ans.

Tous les terrains appartenant au seigneur sont mis en vente : les matériaux du château démantelé, le vieux château du Marquis de Bouri, les jardins (le C.E.G. est dans l'ancien potager du château), le parc qui descendait jusqu'à l'Aisne (le canal ni le C.B.R. n'existaient), l'île d'Asfeld et une grande maison avec un jardin.

1823 à 1830 On creuse le canal des Ardennes qui passe à ASFELD.

1832 à 1849 Épidémies de choléra qui font de nombreuses victimes.

En février 1848, un enfant d'Asfeld, brillant scientifique, Jean-Baptiste Payer, participe aux événements révolutionnaires de Paris, devient chef de cabinet deLamartine puis, bénéficiant d'une popularité naissante dans sa région d'origine, se fait élire député des Ardennes dans cette seconde République bien éphémère.

1860  s'éteignait à Paris, à 42 ans un botaniste remarquable, Jean-Baptiste Payer, né à Asfeld en 1818. En 1848, il fut également chef de Cabinet de Lamartine, alors ministre des Affaires étrangères.

1865 à 1869 Réparations importantes de l'église à l'instigation du chanoine Lamorlette alors curé doyen d'Asfeld.

A la même époque fut construite la petite chapelle de Notre-dame de Pitié, en remplacement d'une autre qui datait des premières années du 17e siècle. Elle contient toujours une très belle Pieta de 1604.

1903 Le 25 Octobre, ouverture par la Cie C.B.R. de la ligne SOISSONS-RETHEL (portion voie étroite NEUFCHATEL-RETHEL).

1913 Le 26 Novembre, ouverture par la même compagnie C.B.R. de la ligne REIMS-ASFELD.

Conflits du xxe siècle

Pendant toute la guerre de 1914-1918, la localité reste proche des zones de combats, jusqu'aux derniers jours5, et subit de nombreux dégâts. En 1940, après lapercée de Sedan en mai, c'est à nouveau sur l'Aisne et en particulier à Asfeld que tente de s'organiser début juin une ligne de défense face à l'invasion allemande, sans grand succès. Dans les années qui suivront, des mouvements de résistance émergeront, tels les FTP.

1983 Un nouveau collège (qui sera dénommé J.-Baptiste PAYER) et une Salle de Sports sont construits à Asfeld avec la participation de toutes les communes du Canton d'ASFELD.

chronologie de la vie d'asfeld